Top

Radiolyse : Initialement phénomène de coupure de la liaison chimique par les rayonnements et par extension la Chimie sous Rayonnement.

La radiolyse, c’est-à-dire la chimie sous rayonnement, passe par la détermination de la quantité d’espèces produites et consommées en fonction de la dose déposée directement reliée à la nature (α/β/γ), l’énergie (0.66 – 68 MeV), l’intensité (10-100 nA) et le temps de l’irradiation (de quelques minutes à plusieurs mois).
Cette grandeur est dénommée G rendement radiolytique. En fonction des rendements radiolytiques des espèces considérées (moléculaires/radicalaires, oxydantes/réductrices), il va être possible de déterminer l’importance de leur impact sur le milieu. Ce milieu pouvant être composé soit d’une solution aqueuse ou organique en présence de solide ou non, soit de matière biologique ou vivante.
Il a été développé pour les expériences de radiolyse sur le cyclotron ARRONAX des méthodes d’analyse de gaz (µGC, Spectroscopie IR), de solutions (Spectrophotométrie UV-Visible, Spectrométrie RPE), de solides (Spectroscopie Raman, Microscope à Balayage) afin de comprendre l’impact de la radiolyse sur le milieu d’étude.