Haut

ARRONAX signifie « Accélérateur pour la recherche en radiochimie et oncologie à Nantes Atlantique ». Arronax est également le nom de ce professeur recueilli par le capitaine Nemo sur le Nautilus. Allusion à Vingt mille lieues sous les mers, écrit par le nantais Jules Verne.


ARRONAX est composé d’un aimant circulaire en deux parties. Entre ces deux pièces règnent un champ magnétique qui fait tourner les particules et un champ électrique alternatif qui accélère leur mouvement à chaque tour : les particules décrivent des cercles de plus en plus grands. Lorsqu’elles sont aux limites extérieures de l’aimant, elles sont éjectées et dirigées dans une ligne jusqu’à une cible où elles produisent par réaction nucléaire des éléments radioactifs.

 

 

ARRONAX est une machine d’environ quatre mètres de diamètre dans un bâtiment de 3 000 m2. ARRONAX peut accélérer différents types de projectiles (proton, deutéron et particule alpha) à des énergies allant jusqu’à 70 MeV (70 millions d’électronvolts).
A titre d’exemple, des protons de 70 MeV ont une vitesse proche de 1/3 de la vitesse de la lumière dans le vide.

 L’objectif principal d’ARRONAX est la conception, la production et l’utilisation de radioisotopes pour la recherche en médecine nucléaire, spécialité médicale qui consiste à administrer des agents radiopharmaceutiques aux patients afin de réaliser des diagnostics (par imagerie scintigraphique) ou des traitements (par radiothérapie vectorisée).

L’objectif principal d’ARRONAX est la conception, la production et l’utilisation de radioisotopes pour la recherche en médecine nucléaire, spécialité médicale qui consiste à administrer des agents radiopharmaceutiques aux patients afin de réaliser des diagnostics (par imagerie scintigraphique) ou des traitements (par radiothérapie vectorisée).

->Cliquez pour en savoir plus sur le cyclotron 

->Cliquez pour en savoir plus sur les radioisotopes produits par arronax