Haut

ARRONAX (Accélérateur pour la Recherche en Radiochimie et Oncologie à Nantes Atlantique) est un accélérateur de particules (cyclotron). Il produit des radioisotopes (atomes radioactifs) innovants pour la recherche en médecine nucléaire et permet d’explorer les effets des rayonnements sur la matière inerte et vivante.

 

Le laboratoire de chimie CEISAM (UMR 6230 CNRS – Université de Nantes) réunit des savoir-faire méthodologiques fondamentaux en synthèse organique, en chimie bio-organique analytique et en modélisation moléculaire.

 

Le département de médecine nucléaire du CHU de NANTES mène des essais cliniques destinés destinés au diagnostic et à la thérapie dans les domaines de l’oncologie, de la cardiologie et de la neurologie.

 

Le Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers (CRCINA, Inserm U1232) regroupe 400 personnes réparties en 17 équipes de recherche. Ses travaux visent notamment à développer des outils diagnostiques et thérapeutiques pour lutter contre le cancer en s’intéressant à la vectorisation de radionucléides vers les cellules cancéreuses, ainsi qu’à leurs effets biologiques.

 

L’Institut de Cancérologie de l’Ouest regroupe 1300 professionnels, dont 200 médecins, chercheurs, pharmaciens et biologistes. Une partie de ces praticiens participent à des travaux de recherche dans les disciplines liées au cance, dont la médecine nucléaire.

 

Le Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (UMR 6004) réunit 450 personnes autour des sciences du numérique.

 

 

Le Centre d’Expertise des Modèles Animaux (CEMA) d’Oniris (anciennement Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes) dispose d’équipements dédiés à l’oncologie, dont une plate-forme d’imagerie et une plate-forme de radiothérapie et de curiethérapie pour les animaux.

 

 

Subatech (UMR 6457 -IMT Atlantique, IN2P3/CNRS, Université de Nantes) mène des activités de recherche autour de l’axe Nucléaire-Santé. Les travaux de ses chercheurs dans ce domaine concernent l’étude de propriétés de radionucléides et la physico-chimie sous radiation pour les applications médicales, l’interaction des rayonnements et particules avec la matière et leur utilisation pour la production de radionucléides innovants, les études dosimétriques pour la radiobiologie et les nouvelles techniques d’imagerie médicale.

 

En 50 ans, l’Université de Nantes a porté la formation, l’innovation et la recherche au plus haut niveau. Aujourd’hui, elle se fait remarquer, tant en France qu’à l’étranger, par l’intensité de son développement.